Le Singe de Stephen king et autres nouvelles : A lire en quelques heures au soleil

Pour ceux qui ont le temps de prendre leur temps, qui veulent profiter de l’arrivée du printemps et qui préfèrent les histoires courtes au roman-fleuve, délectez-vous avec ces deux nouvelles du maître de l’horreur, Stephen King. Au style très différent (la première, Le Singe, davantage fantastique, la seconde, Le Chenal, plutôt mystique) ; elles se lisent en deux petites heures.

Le Chenal, c’est comme une jolie histoire de fantôme avec, au milieu, une rivière inquiétante, comme une métaphore entre le monde des vivants et celui des morts.

Le Singe est une nouvelle bien plus angoissante. La plus longue des deux : elle compose les 3/4 du recueil à elle-seule. Il y a ce jouet, un singe mécanique et musical, qui revient des décennies après que le narrateur a cru l’avoir jeté et dont on ne parvient jamais à se débarrasser. Si les cymbales du joujou s’actionnent, quelqu’un meurt. Et rien ne semble pouvoir arrêter le singe de la mort.

41AZQNYRS3L

Malgré la traduction, on reconnaît immédiatement la patte de King. Il suffit de quelques pages pour happer le lecteur. On veut savoir, savoir ce qu’il va advenir de Hal, de sa femme et de ses deux enfants. Lesquels survivront ?

Quatrième de Couv’ : Foutu singe au sourire grimaçant ! Tout en dents ! L’œil vitreux. Un diable qui sort d’une boîte…Hal l’avait l’avait précipité au fond d’un puits. Et voilà qui resurgit vingt ans plus tard. Le même. Avec ces ailes noires. Et comme un écho venu de l’enfer, ces horribles cymbales qui s’entrechoquent, signant à chaque fois un arrêt de mort.

Partout, l’ombre de la mort plane. Quand elle ne s’incarne pas dans le jouet le plus innocent, elle elle rôde dans le chenal, attirant par son chant, les vivants en sursis. « Stella, quand viendras-tu de l’autre côté, sur le continent? » Traverser le chenal à 95 ans! Une invitation certes, mais au grand voyage… Chez Stephen King, un rien dérape et le décor qui nous était familier prend soudain un avant-goût d’apocalypse.

RéférenceLe Singe, suivi de « Le Chenal » / Temps et type de lecture : 2 petites heures de lecture / Lecture très facile.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s