A lire : Sauveur & Fils, saison 1, de Marie-Aude Murail

Je ne connaissais pas Marie-Aude Murail alors qu’elle semble être -après recherche- la papesse de la littérature jeunesse. Après la lecture de Sauveur & Fils, saison 1, le début d’une saga extrêmement réjouissante, j’ai envie de lire tous ses livres, et de les faire lire aux enfants qui m’entourent. Avec Sauveur & Fils, on entre dans le cabinet d’un psy pour ados. Il suffit d’un page pour nous accrocher à l’univers de Sauveur, de ses patients, de son jeune fils et de tous leurs secrets. Littérature jeunesse uniquement ? Moi, je dis que non.

Mise en page 1

Sauveur est Antillais. Il est venu s’installer en métropole comme psychologue clinicien après la mort de sa femme, la mère de Lazare, et a laissé derrière lui une sacrée histoire pleine de secrets et de non-dit. Dans son cabinet, on rencontre Ella, qui ne sait plus bien si elle est garçon ou fille, Cyrille qui refait pipi au lit alors qu’il a 10 ans, Gabin dont la mère n’est pas très équilibrée et qui va devenir un pilier de la narration, les trois sœurs Augagneurs et leur famille multi-recomposée, Margaux qui se taillade les veines, et les parents de tous ces enfants. On est vite pris d’affection pour ce florilège de patients. On meurt d’envie qu’ils s’en sortent, qu’ils trouvent la clef, aidés par Sauveur Saint-Yves.

Et comme le cabinet du psy est situé dans la maison du psy… on rencontre aussi sa famille à lui, notamment Lazare son fils de 8 ans qui voue une véritable fascination pour les hamsters et pour son copain Paul. Ça tombe bien, la mère de Paul, Louise, est célibataire, comme Sauveur…

Le lecteur se promène aussi dans l’école primaire de Lazare et Paul pour y côtoyer une maîtresse haute en couleurs. Quelques personnages périphériques viennent agrémenter l’histoire, tout comme le voyage aux Antilles, à la fin de l’ouvrage, qui apporte de nombreuses réponses au petit Lazare.

J’ai aimé ce livre parce qu’il ne m’a fallu que quelques pages pour ne plus vouloir le lâcher. Je me suis très vite demandé pourquoi l’avoir classé en « littérature jeunesse ». On y parle certes de problèmes récurrents chez les adolescents mais je n’ai pas une seule fois eu le sentiment d’être dans une lecture pour les plus jeunes. D’autres ont posé la question à l’auteur, voilà ce qu’elle répond : « Au Salon du livre cette année, je n’ai vu que des adultes ! Mais ce sont ceux qui ont grandi avec les livres de l’école des loisirs et qui assument complètement de me lire encore. Et cela peut être intéressant pour eux d’ailleurs de voir ce qu’est la jeunesse d’aujourd’hui.
Dans mon livre, il y a aussi des personnages de parents, qui sont faillibles, attachants ou perturbateurs et j’ai envie de montrer ça aux enfants. Dans la deuxième saison je vais montrer par exemple une femme hyper possessive qui conduit son fils à la violence. Mais pour répondre à votre question, le texte est très accessible, il peut être lu à partir de douze-treize ans. »

Dès douze ans donc…. et longtemps après ! Je vous le conseille grandement. Je serai très heureuse de lire la saison 2 qui paraîtra en octobre. La saison 3 est en cours d’écriture.

Sauveur & Fils, Marie-Aude Murail, L’Ecole des loisirs, 329 pages, 17 euros.

Littérature jeunesse : L’Émeraude oubliée, tome 1 « L’Invasion »

La science-fiction n’est pas ma littérature de prédilection mais quand il s’agit de littérature jeunesse et quand c’est bien fait, j’accroche assez vite. C’est ce qu’il s’est passé pour ce premier tome de L’Émeraude oubliée, que je conseillerais dès 13 ans, éventuellement dès la 6ème ou la 5ème pour les bons lecteurs. Je me suis donc plongée dans cette histoire d’adolescents qui s’évadent de Mornia, ville sous le joug d’un dictateur et cloisonnée par un mur infranchissable, pour retrouver la vie à l’état sauvage, et j’ai hâte de pouvoir me mettre sous la dent le tome 2, tant je me demande si ces ados vont réussir leur second pari, après avoir mené à bien le premier, non sans péripéties !

9782824211367_large

La structure et le fonctionnement de Mornia m’ont beaucoup rappelé le sublime film Métropolis avec son monde coupé en deux. J’ai trouvé l’idée de l’auteur, Lina Carmen, de créer ce monde vertical où les pauvres habitent les bas-fonds et les riches les hauteurs, assez pertinente. A de nombreuses reprises dans le livre d’ailleurs, on peut faire des ponts avec des sujets d’actualité brûlants. C’est peut-être un peu caricatural mais c’est le jeu de la science-fiction/littérature d’anticipation.

Voici ce que dit la quatrième de couverture :

Dans la sinistre ville de Mornia, à la végétation inexistante, seules des tours grises aux dimensions célestes s’élèvent des hauteurs indistinctes. Un mur infranchissable empêche toute sortie de cette prison qui ne dit pas son nom, gouvernée par un dictateur, le Président Percy.
Les plus riches vivent en haut des tours, dans un confort luxueux. Les plus pauvres vivent en bas, dans une brume permanente, le « smog » métropolitain.
Yan, un garçon de 15 ans, est l’un de ces indigents dont le destin est de finir ouvrier dans une usine, comme son père et son grand-père. Mais il rêve d’une autre vie. Peut-être là-haut, chez les riches ? Ou bien ailleurs qu’à Mornia. Existe-t-il un autre monde que celui-ci ? Pour le savoir, il faudrait s’échapper. C’est alors que Yan rencontre Sonia, une jeune fille de son âge, issue des niveaux supérieurs, avec laquelle il va peut-être concrétiser ses rêves. L’évasion se prépare. Cependant, Percy et ses hommes sont prêts à tout pour faire échouer ce projet.

Je conseille la lecture de ce livre aux adolescents mais également à leurs parents (2 bonnes heures de lecture pour un adulte). J’ai pris un véritable plaisir à suivre les protagonistes dans leurs aventures et je me demande déjà combien de mois il faudra attendre avant le tome 2… Le tome 1 a, lui, paru au début du mois de février 2016 aux Editions LaBourdonnaye Jeunesse.

Lina Carmen, L’Emeraude oubliée, tome 1 « L’Evasion », Editions LaBourdonnaye Jeunnesse, 15,50 euros, 202 pages. 

« Blanc sur Noir » de Tana Hoban (livre pour tout petit)

blanc-noir

Alors que je publiais récemment (enfin en juin dernier, avant la pause estivale du blog) une liste de 10 livres pour les nouveaux-nés et tout-petits, une lectrice me fit découvrir via Instagram une auteure pour enfants que je ne connaissais pas : Tana Hoban.

Lire la suite