Pour ou contre le travail de Céline Alvarez : j’ai lu Les Lois naturelles de l’enfant

On entend tout et son contraire sur le buzz médiatique de ces derniers mois dans le monde de l’éducation qu’a entraîné la parution du livre de Céline Alvarez. On entend tout et son contraire sur le travail de Céline Alvarez mais, comme souvent dès que le débat concerne l’école, peu peuvent se targuer d’avoir vraiment lu son livre et analysé en profondeur son propos. Suite à un de mes papiers sur ce site, pas franchement conciliant, ladite Céline Alvarez a eu l’amabilité de m’envoyer son livre que j’ai lu jusqu’à la fin, soit la 454ème page…. Mon avis est désormais documenté…

4481410_4_7980_celine-alvarez_8403e97fad7bc0b498e0611f9018f023

Céline Alvarez (photo : Annabelle Lourenço pour Le Monde)

Vous avez été nombreux à m’expliquer que vous étiez intéressés par un avis étayé, je vais essayer d’être la plus objective évidemment mais surtout la plus claire et donc structurée possible. « Ce qui se conçoit bien, s’énonce clairement »…

Les PLUS : 

Ce qu’elle dit sur l’importance du vocabulaire et du langage lorsqu’on s’adresse aux enfants est toujours bon à rappeler. Oui, si l’on veut qu’un enfant ait du vocabulaire, il faut le développer en lui parlant avec … un vocabulaire développé. Certes, ça sonne comme une évidence mais ce n’est pas toujours limpide quand on écoute les parents s’adresser aux enfants ; et son laïus sur la manière qu’elle avait, dans sa classe, d’être intransigeante sur la façon qu’avaient de s’exprimer ses élèves est plein de pertinence (p.50-52).

Sa réflexion sur l’importance de mélanger les âges au sein des classes est, elle aussi, pleine de bon sens. Après tout, pourquoi faudrait-il imposer à un élève d’apprendre telle chose à tel âge sinon pour un besoin organisationnel ? Et surtout, ne tirerions-nous pas de grands avantages à faire vivre ensemble, toute la journée, des enfants de 6ème, de 5ème, de 3ème ? Idem pour la maternelle et le primaire… Son propos sur le sujet donne très envie d’essayer. (p.55 et 85-86).

Dans sa volonté de développer l’enthousiasme de l’enfant, elle donne beaucoup d’importance à l’environnement dans lequel il évolue. « L’environnement doit se suffire à lui-même », être présenté individuellement. Le suivi individuel de l’élève en découle avec force. L’idée n’étant pas de décorer une salle pour la rendre attrayante, au contraire, mais bien d’attirer l’intérêt de l’élève grâce à une classe structurée, avec des pôles d’activités mais aussi un langage approprié et irréprochable, des âges mélangés, etc.

Son argument le plus fort, à mon sens, est par ailleurs celui de l’AUTONOMIE et de la pédagogie qui est, comme elle le dit à juste titre, « forcement active ». L’élève doit, pour s’épanouir et trouver du SENS (c’est l’essentiel de notre problème, qu’ils trouvent un sens à ce qu’ils font à l’école, et ce n’est pas nouveau, c’est la conclusion de tous les chercheurs en sciences de l’éducation (Bautier, Charlot, Rochex en tête) bien avant que Alvarez ne naisse…) être « en activité ». En permanence. Et dans une forme d’autonomie. C’est très compliqué à mettre en place, en particulier au collège et au lycée, sans doute plus aisé en maternelle et en primaire mais c’est aussi ce qui a le plus de pertinence dans le propos de Céline Alvarez (évidemment pas besoin de détruire l’école et le système pour cela… je crois en effet que partir de la désapprobation du système comme elle le fait, au lieu de défendre cette idée forte d’autonomie et de pédagogie active est une erreur de sa part mais j’y reviendrai).

Elle explique par ailleurs l’importance de la motivation endogène (celle qui découle de soi, qui vient de l’intérieur), en opposition à la motivation exogène (la motivation extérieure, comme les notes et les récompenses…). A priori je veux bien, mais mon passif de prof m’empêche d’y croire. Je travaille cette année par compétences avec une classe. Quand mes élèves ont validé une compétence, ils me demandent toujours : « Madame, ça veut dire que j’ai 20 ? » et ils s’interrogent entre eux « Et alors, M. tu as eu quelle couleur pour ta compétence ? ». Sans notes, sans compétences, mes élèves ne voient pas l’intérêt de travailler. Sans doute m’y prends-je mal ? En tout cas, sur le papier, la motivation endogène est belle…

L’autre argument fort, après celui de l’autonomie et de la pédagogie active, est celui, j’y reviens encore, du sens. Oui, s’ils voient un sens à ce qu’ils font, ils sont plus impliqués. Comment donner du sens ? Des chercheurs se posent ces questions depuis des décennies. Si Madame Alvarez a trouvé la réponse, au moins pour les petites classes, j’en suis très heureuse et par ailleurs, les exemples qu’elle donne dans son livre, sur l’apprentissage de la lecture par exemple, du vocabulaire, me semblent très pertinents : toucher, palper, comprendre, pouvoir réutiliser dans la vie quotidienne les choses apprises… (p. 309). (Je fais une parenthèse ici pour évoquer très rapidement la méthode d’apprentissage de la lecture proposée par Alvarez qui la reprend évidemment chez d’autres : elle utilise la méthode phonétique. Les enfants commencent par apprendre le SON des lettres et non leurs noms. Cela m’a paru plein de sens… pour le coup).

ob_e6374f_loi-nturelle-de-lenfant-defbande-hd

LES MOINS : 

Quand l’auteure parle des neurosciences, elle ne donne pas ses sources, ou alors sporadiquement et cela est très embêtant, surtout lorsqu’il s’agit d’un sujet aussi controversé… Je vous rappelle que les neurosciences et surtout les neuromythes posent de nombreux problèmes dans le discours. L’article qui précède celui-ci sur ce site en parle en long, en large et en travers. Il faut prendre les conclusions des neurosciences avec intérêt mais intelligence. Les neurosciences ne vont pas révolutionner l’apprentissage, en tout cas pas tout de suite.

Céline Alvarez parle également beaucoup d’individualisation de l’apprentissage. C’est comme la motivation endogène ça (voir plus haut), c’est beau sur le papier. Ou alors ça implique au moins deux adultes par classe. On en revient donc toujours aux moyens (prions pour que Fillon ne passe pas hein… parce qu’avec tous ces fonctionnaires en moins, ça va être compliqué). Deux adultes par classe. Le pied.

A la page 81 de son livre, Céline Alvarez avoue au sujet d’un enfant « adorable et plein de vie mais qui passait ses journées à embêter les autres, à parler extrêmement fort et qui était incapable de se concentrer » qu’elle ne pouvait « plus rien faire pour lui » parce qu’il regardait la télé plusieurs heures par jour »… Elle a convaincu ses parents de jeter les écrans de la maison (si, si) et l’enfant s’est transformé. Alors tant mieux. Mais croyez-vous vraiment qu’on va faire jeter tous les écrans des appartements des tours où habitent mes élèves de REP ? Bah non Céline non… Et tu l’as dit toi même : sans ce changement là, même toi, tu ne pouvais rien faire. CQFD. 

Enfin quand Céline Alvarez écrit « ce n’est pas du nouveau matériel qu’il faut faire entrer en priorité dans les classes mais de la vie, de l’amour, de la foi, de l’enthousiasme » (p.219), j’ai juste envie de demander à tous les profs qui l’ont lue s’ils sont contents de lire cela ? Ahum…

LES QUESTIONS QUE CELA POSE :

En tant que maman, d’abord. Je suis enseignante en collège et lycée, je ne connais pas du tout le quotidien d’une classe de maternelle et franchement, la façon qu’à Céline Alvarez de présenter ce qu’il se passe en classe actuellement me laisse perplexe. Si je l’écoute vraiment, moi qui suis pourtant pro-public, je courrais inscrire ma fille dans une école privée. Sérieux Céline, c’est comme une « prison » l’école maternelle aujourd’hui ? Sérieux Céline, les maîtresses, le rythme scolaire, la façon de faire actuelle, toussa toussa, ça va vraiment contre le développement de l’enfant ? Non parce que moi, il est hors de question que je mette ma fille dans une école qui la démolirait et quand je l’écoute, Céline, c’est l’idée que je me fais de l’école maternelle…

Heureusement, je suis prof… Je vois bien que les élèves ne subissent pas tant que ça. En tout cas, la plupart. En tout cas, au collège et au lycée. Mais oui, il faudrait faire mieux. Mais oui, bien sûr, il faudrait revenir sur cette histoire de pédagogie active, d’âges mélangés, d’autonomie, oui, mais pitié, sans donner l’impression qu’actuellement, ce n’est pas l’école mais l’enfer !

Heureusement, j’ai été élève (et jusqu’à l’université, pas une très bonne élève… peut-être parce qu’on ne me laissait pas travailler alors que la littérature…) et je ne suis pas traumatisée. J’ai aimé même tout ça. Et ça m’a construit, le bien ET le mauvais. Cependant, moi qui travaille en REP et qui côtoie de nombreux élèves décrocheurs, je suis d’avis de leur proposer à eux qui refusent tout en bloc, autre chose. Aux autres aussi pourquoi pas, mais sans crier haro sur le baudet… Parlons d’abord des arguments forts. Tranquillement… Avec intelligence. Sans jouer le rôle du messie.

AVIS TRÈS RÉSUMÉ (pour ceux qui auraient eu la flemme de tout lire)

C’est intéressant de lire le livre de Céline Alvarez. C’est enthousiasmant aussi. Cela dit, on ne peut s’empêcher de penser qu’il est rempli d’évidence. Oui, il faut aimer son enfant. Oui, il faut respecter son rythme. Etcaetera. Ceux qui le pensent déjà liront son livre. Les autres…

Cependant, je l’ai dit et redit, il y a de nombreux arguments forts. En tête, ceux qui parlent d’autonomie, de mélange des âges, de pédagogie active. Mais il est bon de rappeler que de nombreux chercheurs et de nombreux pédagogues défendent cela depuis des lustres, que ni Maria Montessori ni Céline Alvarez ont le monopole de ces idées-là. Evidemment, si Madame Alvarez a suffisamment de charisme pour parvenir à les faire évoluer tout en vendant des milliers de livres, qu’elle le fasse et ce sera tant mieux. Il faut seulement rappeler que tout cela existe dans d’autres livres plus documentés, plus objectifs aussi.

Finalement, Céline Alvarez crée une sorte de mouvement. De nombreux professeurs (professeurs des écoles essentiellement) échangent sur le forum qu’elle a créé sur son site et cela est une très très bonne chose. On ne peut tout de même pas lui reprocher de créer une dynamique positive. On peut lui reprocher son angle d’attaque (et je le fais avec force, même après la lecture de son livre), on peut aussi lui reprocher son discours dans les médias (souvent vraiment trop approximatif et parfois propulsé par des mythes, et aussi totalement mégalo, non, elle n’est pas pédagogue mais encore moins « professeure », on n’est pas professeur en ayant enseigné deux ans puis démissionné) mais on ne peut vraiment pas lui reprocher de faire du mal. A la réputation de l’école sans doute (et elle n’avait pas besoin de ça), à l’image des professeurs avec certitude, mais aux enfants non, et je le répète encore, de bonnes idées sont à prendre chez elle, même si elles ne sont pas immédiatement les siennes, alors vas-y Céline, on te regarde… et sincèrement, en tout cas personnellement et malgré mon article mi-figue mi-raisin, avec bienveillance.

Céline Alvarez, Les Lois naturelles de l’enfant, Editions Les Arènes, 454 pages. 

 

4 réflexions sur “Pour ou contre le travail de Céline Alvarez : j’ai lu Les Lois naturelles de l’enfant

  1. Merci pour cet article détaillé et agréablement nuancé. Tu dis très bien ce que je ne faisais que ressentir sans avoir pris le temps de mettre des mots précis là-dessus. Je n’ai pas lu le fameux livre, mais finalement ton avis refléte l’idée que je m’en faisais (prof en collège, comme toi, je n’ai pas pu m’empêcher d’être agacée par l’engouement exagéré suscité par Cécile Alvarez et les multiples partages extatiques que j’ai vu passer sur les réseaux sociaux…).

    J’aime

  2. Je suis prof de maternelle, et oui l’école publique est une prison… Quand tu vois comment les adultes hurlent sur les enfants tout la journée… Même pas consciemment… Juste parce qu’ils sont dépassés et que les enfants n’en peuvent plus de se contenir toute la journée dans un comportement qui ne fait pas sens pour eux…
    Leur imaginaire est castré, ils sont majoritairement dans l’attente d’une volonté d’un quelconque adulte (instit, asem, directeur, animateur cantine, animateur périscolaire : autant d’exigences que d’adultes, c’est à devenir fou pour un jeune enfant, on ne peut jamais bien se comporter puisque chacun des adultes a un degré de patience et d’attente différents) et toutes prises d’initiative est globalement punie d’un hurlement (et ses variantes) puisque c’est le seul moyen rassurant de l’adulte pour garder le contrôle : montrer sa supériorité… La culpabilisation est omniprésente et donc l’humiliation aussi. Ces comportements ne font que renforcer l’égo, or plus il y a d’égo, plus les relations à autrui deviennent conflictuelles…
    Ce qui se passe à l’école publique est alarmant et va à l’encontre de ce que sont les enfants. La plupart d’entre eux sont déjà névrosés, oui oui, à 4 ou 5 ans, ce qui laisse place à des comportements qui engendrent le monde dans lequel on vit actuellement, pétrit d’inégalités et de violence, puisqu’il s’agit à des niveaux plus ou moins conscient de faire payer au monde, aux autres, de se venger de toutes les vexations que l’on a subit toute notre vie, vexations mal digérées et non traversées dans leur entièreté. L’école ne peut pas résoudre l’échec social de l’état, mais c’est intolérable qu’elle le renforce. Malgré toute la bonne volonté que l’on peut avoir pour lutter contre ce système, en mettant en place toutes sortes de pédagogies, il est très difficile de réussir à garder le cap dans un contexte qui pousse exactement à son contraire. On devient exactement ce que l’on attend que l’on devienne.
    J’ai longtemps cru à ma « mission » dans le public, parce que je crois à une école qui serait égale pour tous, mais l’école que l’état a construit était une école visant à combler les besoins du capitalisme naissant : instruire les classes populaires pour éviter une nouvelle Commune (presque mot pour mot dans un discours de Jules Ferry). Il n’a donc jamais été question d’émancipation des enfants et donc des adultes, mais de contrôle de la population, pour qu’elle se taise, pour qu’elle intériorise la domination, la frustration la souffrance. Notre école est une machine à adultes malheureux et frustrés qui recréent inlassablement et bien malgré eux la même chose avec leurs enfants.
    Par ailleurs, je ne crois pas qu’il soit nécessaire de travailler à l’éducation nationale pour pouvoir se considérer comme professeur, et je trouve ça très méprisant et hautain d’affirmer le contraire, une vexation de l’égo non digérée qui s’exprime de la sorte. Ce livre n’est pas meilleur qu’un autre, ni moins bon, il a le mérite de faire parler de ce problème dont tout le monde semble vouloir ignorer la gravité. Il a aussi le mérite de parler d’amour, et on en parle pas assez, ou on ne fait qu’en parler sans le vivre, et c’est vrai qu’il a son importance.

    Merci de m’avoir lue jusqu’au bout, très bonne journée.

    Anna

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour votre commentaire. J’espère que vous qui faites attention à comment vous parlez aux enfants ne leur criez pas dessus à longueur de journée comme vous le décrivez. Ils ont au moins vous dans cette école qui m’a l’air inquiétant, c’est déjà ça. Vous devez leur faire beaucoup de bien. Dans mon collège (public) les enseignants sont hyper bienveillants et très doux avec les gamins (il vaut mieux car en REP et REP + souvent les parents crient beaucoup…. eux…). C’est pour ce que vous décrivez que je ne quitterai jamais l’école publique. Je pense avec force qu’il faut aider ces gamins, surtout depuis que les plus chanceux, ceux qui viennent de familles où le capital culturel et/ou social est grand, partent dans des écoles alternatives. Ca craint pour l’égalité les écoles alternatives hein… Ca va pas aider 🙂 mais c’est aussi intéressant, pour plein de raisons. D’ici une quinzaine de jours je publierai un papier très intéressant sur le lien entre école publique et école alternative que j’ai trouvé il y a peu. Par ailleurs, à la rentrée de septembre, je prends en charge la mise en place d’une sixième montessori dans un collège alternatif (privé), cela sans jamais laisser mes classes ni mon poste de l’Education Nationale. Je me dis que ça va être chouette pour moi (et facile eh oui….) j’aurai une classe de 10 élèves ! vous vous rendez compte ! Et je vais pouvoir mettre en place plein de trucs chouettes qui ne marcheraient pas dans mes classes de 28. Mais j’ai une certitude : je vais me servir du matériel que je mettrai en place dans l’école Montessori et de mon expérience là-bas pour aider mes gamins de REP. Quant à ma fille, ma décision est prise, pas d’école alternative pour elle, mais l’école publique : je ne vais pas participer de ce que je déplore (à moins qu’elle me dise être malheureuse à l’école mais j’espère qu’elle aura la même expérience que moi : l’école m’a sauvée). Très belle journée à vous (je vous tiendrai au courant sur ce blog de la mise en place de ce que je fais dans le collège Montessori vers le collège public où je suis titulaire.

      J’aime

      • Merci à vous!
        Je vais faire moitié moitié l’année prochaine : mi-temps public, mi-temps école démocratique, parce que le fait que ça soit payant me dérange beaucoup aussi…
        On va y arriver j’en suis sûre! Les gens sont de plus en plus prêt à entendre ce genre de discours et à laisser de côté leur peur.

        Bonne journée!

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s