L’Univers farfelu d’André Malraux

On sait généralement d’André Malraux qu’il a été ministre de la culture sous De Gaulle entre 1959 et 1969, on sait qu’il a écrit La condition humaine (encore un livre qu’il me faut lire !) ; mais on sait moins combien il était autodidacte, libre, résistant, grand mythomane aussi (rappelons-nous cette phrase de La Condition humaine qui explique un peu les affabulations de Malraux : « Ce n’était ni vrai, ni faux, c’était vécu »). On sait moins combien il était artiste, un artiste complet, de la plume au crayon : un dessinateur gribouilleur de génie. Je l’ai découvert en tombant par hasard, à Lille, sur un livre qui n’a pas fait grand bruit mais dont la belle physionomie a attiré mon attention.

3125004

Préfacé par la seconde femme de Malraux, Madeleine, qui n’était autre que la veuve du frère d’André, et par son neveu, Alain Malraux, ce livre poétique mélange citations, poèmes, dessins et croquis du grand écrivain. C’est là qu’on découvre combien le trait de Malraux est subtile, post-surréaliste, combien il emmène en voyage.

C’est un beau livre qui se lit moins qu’il ne se regarde, presqu’un livre d’images dans lequel on pioche et à partir duquel on laisse son esprit vagabonder à travers les 200 croquis-dessins inédits de Malraux.

3125008

3125012

L’univers farfelu d’André Malraux

2 réflexions sur “L’Univers farfelu d’André Malraux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s