Du temps et de l’argent pour les ZEP #éducationprioritaire

Si les meilleurs élèves sont à leur place dans l’éducation nationale, s’ils sont correctement tirés vers le haut ; les plus défavorisés, les plus en difficultés, eux, sont très peu aidés ; c’est ce qu’a révélé l’enquête PISA et c’est ce que confirme la Cour des comptes : « le système éducatif ne donne pas davantage à ceux qui ont moins mais à ceux qui sont déjà bien pourvus et il ne donne pas assez à ceux qui sont en difficulté ».

Image 6

Vincent Peillon a donc réagi et pour une fois, il est suivi par la totalité des syndicats de l’EN (grande première !) : il a présenté jeudi dernier (le 16 janvier) sa réforme de l’éducation prioritaire qui a échoué depuis 30 ans à donner les mêmes chances aux enfants de milieux défavorisés. L’éducation prioritaire concerne 20% des élèves scolarisés en France.

Cette réforme commence par prendre en compte les profs, et n’en déplaise à ceux qui estiment que ça ne servira à rien, je crois pour ma part que c’était la première mesure à prendre. Voici donc les mesures principales du plan Peillon pour l’éducation prioritaire (cela représente 300 à 400 millions d’euros réaffectés prioritairement dans les zones les plus sensibles et cela concernera 100 écoles et collèges baptisés REP+ (le label éclair disparaît donc…)à la rentrée 2014 puis 350 en 2015 :

– Les établissement difficiles bénéficieront en priorité des créations de postes du dispositif «plus de maîtres que de classes».

– Les élèves de 6e seront accompagnés en petit groupe, avec un enseignant ou un assistant d’éducation: aide aux devoirs, soutien méthodologique, tutorat, soutien en ligne… D’abord dans les collèges les plus difficiles, puis dans toutes les zones prioritaires. (J’aimerais comprendre en quoi consistera exactement cet « accompagnement » ?)

– Revalorisation des primes pour les profs, histoire d’essayer de les garder dans ces établissements où le turn-over est conséquent : doublement dans les établissements les plus difficiles, hausse de 50% dans les autres.

– Décharges horaires pour les profs : 1h30 de cours en moins par semaine dans les collèges les plus difficiles, neuf journées libérées pour les professeurs des écoles, pour un suivi personnalisé des élèves, du travail d’équipe, des rencontres avec les parents…

– Les profs seront aussi soutenus: le travail d’équipe sera animé par un coordonnateur, des formateurs les accompagneront et des moyens seront attribués pour mettre en oeuvre les projets des établissements sur quatre ans. (Idem ici, tout ça est un peu flou)

L’objectif est que l’écart de performance entre les élèves de l’éducation prioritaire et les autres, qui dépasse 30%, soit réduit à 10%. Seul hic, ces propositions n’abordent pas la question des contenus pédagogiques et programmes scolaires qu’il faudrait adapter aux élèves en difficulté…

Le rapport de l’Assemblée Nationale sur la politique d’éducation prioritaire (Juillet 2013).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s