« Montrer pourquoi il faut respecter les règles »

Dans le lycée dans lequel j’enseigne cette année, j’ai découvert récemment qu’on donnait comme sujet de dissertation aux élèves collés : « Montrer pourquoi il faut respecter les règles ». Quand j’ai raconté l’anecdote à un ami, il a très justement commenté : « C’est sûr que comme ça, ils ne vont pas créer des anars… » Eh non justement, c’est même tout l’inverse : l’enseignement c’est aussi une sorte de conformité dans laquelle il faut faire entrer les élèves pour qu’ils réussissent (et donc qu’ils s’intègrent à la société sans risquer de questionner ses fondements et/ou de les ébranler).

Que ce soit clair : Certes j’enrage devant les critiques et les analyses au sujet de l’enseignement faites par les médias. Des papiers qui ne font pas avancer le débat ; pire, qui sont une parfaite illustration de ce qu’est la désinformation. Ils sont accrocheurs mais sans fond, sans intérêt ; et cela la quasi-totalité du temps. Mais j’aime l’école républicaine qui m’a construite et je ne crois pas que le système éducatif soit une catastrophe. Je pense même qu’il est bon sans omettre qu’il faudrait le faire beaucoup évoluer.

La preuve ce sujet de dissertation pour les élèves collés : « Montrer pourquoi il faut respecter les règles ». Le sujet, si l’on connaît le principe du plan dialectique qui doit toujours remettre en cause l’assertion initiale, est intéressant. Intéressant, dialectiquement parlant : thèse, antithèse, synthèse. Malheureusement, les élèves n’ont pas tous la maîtrise de ce plan de pensée là. La plupart avalent sans rien remettre en question ce qu’on leur demande d’ingérer. Alors un sujet de colle ! Donné par la proviseure adjointe en plus ! Impossible de ne pas être d’accord. Au moins pour éviter de se reprendre une nouvelle heure de colle. Et la liberté de réfléchir et de pensée des élèves s’arrête là…

Je ne vois pour l’instant pas comment s’y prendre pour faire évoluer l’école sans perdre en résultats. Je veux dire comment la changer sans perdre tout ce qui est positif et nécessaire. Il y a cependant des projets expérimentaux qui germent depuis les années 80.

Les plus importants sont, dans le public :

–  Le LAP (Lycée autogéré de Paris). (Un projet similaire se met doucement en place à Lyon, on en reparlera…)

– La pédagogie Freinet (que l’éducation nationale a « validé » à travers l’ICEM, une association qui travaille avec l’EN au développement de la méthode Freinet). Il existe une dizaine d’écoles publiques en France qui n’utilisent que la pédagogie Freinet !

Dans le privé :

– Les écoles Montessori

– Les écoles Waldorf (Pédagogie Steiner).

J’irais bien voir de plus près ce que disent toutes ces expérimentations. Mais il faudra alors plonger dans le grand débat conflictuel entre les Anciens et les Modernes, les réac de l’éducation nationale et les adeptes des nouvelles pédagogies. Ces deux clans là peuvent bien s’entre-tuer dans les débats médiatiques, j’ai l’intuition qu’il y a du bon et du mauvais dans les deux camps, et que mixer leurs idées donneraient une école… tellement intéressante, voire exemplaire.

Un article du Monde de l’éducation qui résume la « querelle ».  Pour lire ce PDF tranquillement, cliquez ici.

Image 7Image 8

 Pour lire ce PDF tranquillement, cliquez ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s